Génie Marketing

Quand les opinions se confrontent aux faits réels et que le brainstormîng provoque de véritables ouragans !

Mac Do se plante Royal !

Version Originale (Ballon Mac donalds)

Elle vous fait quoi cette pub comme effet ?

Sérieusement, regardez là encore une fois..

Je vous replace le contexte, c’ est un ballon qui m’a été offert par Mac Donalds, dans le restaurant, les enfants peuvent les prendre, jouer avec et les ramener à la maison.

Le message publicitaire ne vous parrait il pas un peu bizzare ?

« Mac Do, c’est tout ce que j’aime »

N’avez vous pas l’impression de vous dire qu’ ils abusent..

« j’aime aussi autre chose.. » et aussi : « c’est un peu gros de matraquer mes enfants avec un message qui est limite … intégriste, prosélitiste! » : oh oui grand Mac do, je n’aime que toi et rien d’autre… et puis quoi encore ! !

Les enfants sont fragiles et influencables, faire peur aux parents de la sorte ne risque t’il pas d’etre préjudiciable.. tout au moins sur l’efficacité de la campagne publicitaire ?

Je crois que nous sommes en présence d’une belle bourde de traduction et d’un manque de compétence en copyrighting dans l’equipe qui a planifié et vérifié cette opération marketing… A moins que quelquechose de superieur ne m’echappe..

On dirait que le traducteur de la campagne originale : « I’m lovin’it » n’a pas su le traduire… ce qui parrait tout de même abérant….

Mais pourtant, quand on le remplace par un message plus naturel, cela devient plus percutant, plus approprié, et cette fois-ci destiné à sa cible intrinsèque (les enfants pour des ballons..). On ne peut donc que constater qu’une malencontreuse erreure a été commise .

Version e-Genèse : (image truquée)

Franchement c’est pas mieux ca ?

Ca passe comme une lettre à la poste, les parents ne voient pas le mal, les enfants comprennent le message. Il est gai, il peuvent jouer, rencontrer des copains. Oui Mac Donalds j’aime ça..

Et vous, vous aimez ça ?

Appliquez ce concept à votre entreprise :

Si vous pensez, que la deuxième version est meilleure, alors vous commencez vous aussi à percevoir le pouvoir du copywriting. Vous commencez à comprende que la façon d’écrire un message influence l’efficacité de celui-ci à atteindre l’objectif pour lequel il a été creé.

Sur vos sites web, c’est la même chose.

Si vous voulez que votre visiteur achête un produit, demande un devis, s’inscrive à votre newsletter ou clique sur un lien, le soin que vous apporterez à votre message peut s’avérer d’une extrême importance.

Le bon sens peut vous aider à sélectionner de bons messages – oui, mais comprenez que parmi les bons messages, il y en a des meilleurs et des moins bons… et comment trouver tous les bons messages qui composent tout mon processus de vente ?

Alors, à quoi faut il penser ? Comment trouver un angle de message ? Comment trouver la meilleure formule – et obtenir une tonne d’exemples de cas réels que vous pourrez remodeler à votre guise pour vos propres affaires.

En ce qui concerne le copyrighting, je ne connais rien de plus formateur, complet et enrichissant que Le Livre :

« comment ecrire une lettre qui vend » de Chrisitan Godefroy

Christian est l’un des pontes du copyrighting francophone, ses lettres de vente ont généré plus de 625 millions d ‘euros au cours de sa carrière de 30 années de copyrighting et ce dans toutes sortes d’industries..

Le maître des mots qui vendent, c’est bien lui !

Il a désormais écrit un livre, une ressource innéstimable et incontournable pour qui se lance dans tout projet professionnel sur le web.

Ce livre vous servira toute votre vie .. soyez en sur !watch full The Space Between Us movie

Découvrez le Top des ventes en copywriting – Le fameux livre
« comment ecrire une lettre qui vend » de Chrisitan Godefroy – Cliquez ici ! !

Lionel Palazzi

5 comments for “Mac Do se plante Royal !

  1. avatar
    Seymour
    29 septembre 2009 at 22:30

    Euh …

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec ce topic.

    Nan en fait, je suis même entièrement contre les propos tenus par ce billet. Traduire  » I’m lovin’ it !  » en français correct est quelque chose d’infaisable car nous n’avons pas d’équivalent pour ces termes anglo-saxons.
    Traduire ce message par  » J’aime ça !  » est bien plus ridicule que le slogan repensé pour la communauté francophone ( à savoir:  » C’est tout ce que j’aime !  » ).
     » J’aime ça « , c’est  » Loving it. « , et encore, à la limite, le verbe to love s’employant pour les sentiments humains, et non pour ses goûts d’ordre commun, dans ce cas là, c’est le verbe to like, donc  » j’aime ça  » en parlant de MacDo devrait se traduire par  » Like it !  » et rien d’autre.

    Il faut arrêter de se croire bilingue et prophète en son pays en pondant des articles irréfléchis comme celui-ci. Des gens sont payés des fortunes astronomiques pour véhiculer des messages clairs et concis aux gens, le tout sous forme de phrases simples à retenir surtout quand on la couple avec un petit gingle du genre  » Palapa-pa pah ! « .

    Quand l’équipe française de MacDonald s’est penchée sur la traduction du nouveau slogan de leur employeur, ils ont effectué un brainstorming ( je vous invite à voir la définition de ce mot s’il vous est inconnu avant de répondre en ignorant ) qui leur ont permis d’éviter cette traduction niaise et surtout FAUSSE de  » j’aime ça  » !

    Qui plus est, il a été invoqué le droit à la libre pensée des enfants qu’il ne faut en aucun cas tenter de formater, et c’est vrai, mais mettre  » j’aime ça  » en guise de commentaire sur un ballon tient vraiment de l’idiotie, c’est même limite vulgaire et provoquant.

    Bien sûr les enfants ne pourront comprendre la connotation perverse d’un tel message, mais les parents si, et c’est pourquoi  » C’est tout ce que j’aime !  » a été préféré.

    Il ne faut pas comprendre le  » c’est tout ce que j’aime  » comme s’ils affirmaient que nous n’aimions QUE MacDo dans nos misérables vies, bien sûr que non, ou alors intrinsèquement, mais tout le monde le fait. Il faut comprendre par là un message du genre:  » MacDo, j’aime trop ça !  » et non  » Macdo, je n’aime que ça ! « .

    C’est une tournure de phrase très « française » qui résulte donc du brainstorming de l’équipe de traduction de notre ami le clown rayé.

    Quant à la version Québéquoise, elle permet de mieux identifier le problème soulevé. En effet,  » c’est ça que j’aime  » est une formule un peu gauche dans le français des continentaux, un peu Belge également ( ça est ça que j’aime ! ), mais c’est pourtant ça qu’il faut comprendre quand on dit  » c’est tout ce que je j’aime ! « , et non pas  » je n’aime que ça « .

    J’espère avoir été clair et pour informations, je ne soutiens en aucun cas la cause MacDonald, je ne suis pas employé chez eux et je ne vais consommer chez eux qu’occasionellement, et ce qui moi me choque en allant là-bas, ce n’est pas la formulation du slogan (qui est correcte), c’est plutôt de voir à quel point ça marche, et ce, malgré le dénigrement de tous les contestataires du genre:  » MacDo c’est le mal !  » .

    Et qui s’enfilent un maxi best of en critiquant les ballons pour enfants.

  2. avatar
    2 juin 2009 at 12:30

    Bravo ! C’est de l’évidence, mais encore faut-il toujours se rappeler qu’il faut RAPPELER les évidences, car elles sont TOUJOURS oubliées ! ^^

  3. avatar
    27 janvier 2008 at 17:39

    félicitations !

    Votre page web m’a interpellée . Originale , inventive …vous avez bien assimilé la méthode 😉

  4. avatar
    Olivier
    12 janvier 2007 at 14:02

    Ahhh!! l’importance du copywriting! j’ai l’impression que la plupart des marketeurs francophones ne sont pas conscient du pouvoir du copywriting, j’espere que je me trompe, mais quand je vois la qualité de certain mailings (de grosses entreprises souvent), je me pose des questions…

  5. avatar
    21 novembre 2006 at 14:16

    Lionel,

    Au Québec, MC Do Utilise « C’est ça que j’aime » C’est quand même un peu mieux. que la version française.

    Didier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *