Génie Marketing

Quand les opinions se confrontent aux faits réels et que le brainstormîng provoque de véritables ouragans !

Voyons ce que je peux tirer se mon sac à e-mail

Bonjour voici au hasard un e-mail d’un abonné de secrets-marketing.com et ma réponse. Beaucoup s’y reconnaîtront certainement.

Didier bonsoir,j’ai bien l’intention d’acheter votre méthode, mais en vérité je suis dans la restauration serveur plus exactement et je cherche un moyen de sortir de ce métier.

J’ai des idées mais rien de précis encore je suis à la recherche du produit que je pourrai vendre via internet et je cherche comment le vendre avant de m’engager dans un systéme j’aime en connaitre les tenants et les aboutisants

je ne veux pas m’investire pour me ramasser une seconde fois, si aujourd’hui je suis serveur c’est qu’un jour j’ai pris une déculloté et j’ai pas envie d’en prendre une 2eme j’ai tout perdu, crois moi ça refroidi.

Je ne connais rien à inernet et je ne suis pas ingénieur en informatique mais il y a une chose dont je suis sur c’est que je vais rebondir et surement grace à internet. je suis né dans le commerce j’y ai grandi et travaillé et surement que j’y finirai mes jours j’ai 53 ans et pas l’intention d’attendre que les autres travail à ma place.

salutationsA. E.

———————————————–

A.,

D’abord remettons les choses un peu en perspective. Si vous m’écrivez ce e-mail, c’est que vous n’avez pas tout perdu. Il vous reste encore un cerveau, des mains, une bouche. Bref tout cela est plus que suffisant, pour bien faire sur internet.

J’ai « tout perdu » moi aussi, trois fois plutôt qu’une. À 29 ans c’est plutôt rare. Au final j’ai appris une chose… Le seul moment où l’on perd tout est le jour où l’on meurt. Ce qui ne semble pas être votre cas.

Ensuite après avoir discuté des centaines d’heures avec autant (autant se rapportant ici à centaines) d’entrepreneurs qui ont extrêmement bien réussi, j’ai réalisé qu’à peu près TOUS ont aussi « tout perdu ».

En fait je crois sincèrement que quelqu’un qui affirme le contraire est soit un menteur…Soit, tellement effrayé par ce qui pourrait lui arriver de bien dans la vie, qu’il ne fait rien.

Même dans ce dernier cas, j’ai la vague impression que madame vie est là pour se charger d’eux et pour leur rappeler qu’ils sont là pour accomplir quelque chose.

La seule façon de ne pas subir de coup dur donc est de ne rien faire. Et encore je suis loin d’être certain que ce soit un passeport pour une vie paisible. Alors je préfère faire quelque chose.

Donc sur ce point mon mot est COURAGE.

Ceci étant dit, vous hésitez à acheter mon cours, ce qui est sans aucun doute normal.

Je pourrais vous donner la liste de tous les avantages, faire grand cas de tout ce qu’il y a bon dans ce cours, mais je l’ai déjà fait.

J’ai pas du tout l’intention de vous convaincre d’acheter mon cours. Que vous personnellement l’achetiez ou non ne change pas grand chose à ma vie.

Par contre je sais ce que la décision de ne pas vous le procurer vous enlève.

Vous savez le commentaire que je reçois le plus fréquemment de clients, certains dans des situations pire que la vôtre, est celui-ci:

« Didier, ce que ton cours m’a apporté, outre les excellents conseils que tu prodigue est l’impulsion de départ qui m’a motivé à passer à l’action. Le plus fantastique c’est que ton approche m’a permis de le faire en prenant un minimum de risques. »

Ce commentaire je l’ai probablement reçu des centaines de fois. La première fois de Lionel Palazzi. Qui à l’époque n’était pas tout à fait un bleu.

Son impulsion de départ s’est transformée, aux dernières nouvelles en 17 000 euros de chiffre d’affaires pour décembre 2006.

Mais au final c’est à vous de passer à l’action. Et si vous le faites, vous devrez nécéssairement le faire sans connaître tous les tenants et aboutissants.

Pour vous rassurer… lorsque je lance un projet… je n’ai pas plus d’idées que vous des résultats qu’il peut engendrer. J’ai des attentes certes. Mais de là à prédire les résultats… je n’y arrives pas vraiment.

Pour être tout à fait franc lorsque quelqu’un me dit qu’il attends de connaître tous les tenants et aboutissants avant de se lancer…

Je lis entre les lignes…

« Je fais dans mon froc à l’idée d’échouer »

Et si vous attendez vraiment de tout savoir pour vous lancer, aussi bien dire que vous ne vous lancerez jamais. Parce que c’est ça la vérité: vous ne saurez jamais tout.

Amicalement,

Didier

1 comment for “Voyons ce que je peux tirer se mon sac à e-mail

  1. avatar
    Sambou
    25 mai 2007 at 16:07

    Bonjour Didier,
    J’ajoute un paragraphe aux lamentations: je suis dans un marché vierge (Afrique noire), j’estime avoir trouvé le bon produit mais je me demande si le profil de ma cible est compris dans votre outil
    Pourtant je sais que hors d’internet les circuits economiques sont marginaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *