Génie Marketing

Quand les opinions se confrontent aux faits réels et que le brainstormîng provoque de véritables ouragans !

Mon deuxième meilleur coup en marketing internet

Vous savez des fois les percées en affaires ne proviennent pas d’une augmentation soudaine des revenus. Ni d’un marketing extrêmement bien réussi. Des fois il s’agit simplement d’un changement radical d’état d’esprit.

Hier je vous disais que la vocation de secrets-marketing allait quelque peu changer. Je ne m’étendrai pas plus longue là-dessus aujourd’hui. Toutefois j’ai aussi constaté un autre manque flagrant chez les entrepreneurs du web. Celui d’aborder l’entrepreneuriat sur le web avec le mauvais ensemble d’état d’esprit.

Je vais donc tenter par ce blog de vous montrer à ma façon quels sont les ensembles de croyances, de qualités personnelles et d’état d’esprit avec lesquels vous devez avancer pour prospérer dans ce business et probablement tout autre aussi.

On va parler de « Mindset » comme disent les anglos.

Ça peut vous paraître prétentieux, mais jamais personne n’a dit que je ne l’était pas, en effet qui suis-je moi Didier Bonneville-Roussy pour prétendre pouvoir vous apporter l’ensemble des croyances, attitudes et états d’esprit pour réussir en affaires?

1. Selon les standards de beaucoup j’ai réussi sur le web. Si vous me le demandez, je vous répondrais que je m’en fous royalement et que tout ça est très relatif. J’ai réussi à me bâtir la vie que je voulais, la réalité se rapproche de plus en plus de mon rêve. Et ça me suffit amplement.

2. Au cours des 7 dernières années j’ai eu l’immense privilège de vous côtoyer, de vous observer, de discuter avec vous, ceux qui réussissent et ceux qui peinent. Et j’ai pu observer un ensemble de trait commun à tous ceux qui réussissent. Et un ensemble de traits commun à tous ceux qui ont du mal. Et je peux aujourd’hui affirmer que réussir en affaires ne tient en rien de l’accident. Ça n’arrive pas par hasard. C’est créé de toute pièce. Et ceux qui réussissent semble tout réussir et étrangement obtiennent presque tout ce qu’il veulent.

3. Avant de supposément devenir un Gourou du marketing internet (titre dont je me passerais bien soit dit en passant) j’ai eu du mal aussi: j’ai crevé de faim, j’ai eu des coups dur, je me suis planté, j’ai erré. Donc j’ai une petite idée de ce que la vaste majorité d’entre vous vivent au jour le jour.

4. Tout ça s’apprend, se dévelloppe. Je n’ai pas la prétention de pouvoir, vous l’enfoncer dans le crâne ni même de vous l’apprendre. Ce sera à vous de faire ce travail et de prendre ce qui vous convient. Un peu à la manière de Tite-Live, j’agirai ici beaucoup plus comme un chroniqueur (au sens antique du terme), qui relate ce qu’il observe, prend des notes, et les diffuse, que comme gourou, que l’on doit suivre les yeux fermés.

Pour introduire le sujet d’aujourd’hui… Je dois vous parler un peu de moi.

Je suis quelqu’un qui est relativement solitaire, ce n’est pas que je n’aime pas la présence de l’autre, mais je dois vous avouer que de ce point de vue, je suis très auto-suffisant (c’est-à-dire que je me suffit à moi même).

Et j’ai aussi l’énorme défaut d’être un control freak au point de vue business.

Pendant longtemps j’ai cru que je pouvais y arriver seul. Donc de 1995 à 2003, j’ai tenté de tout faire moi même. J’ai appris beaucoup, toutes sorte de trucs, le copywriting, le html, la stratégie marketing. Malgré tout je n’avançais pas vraiment. D’un point de vue personnel j’ai avancé, d’un point de vue business j’ai stagné.

Et un jour en 2005, au vue des menaces de mort et de sévices corporels qui ne me conviennent pas tout à fait arrivant à un rythme effrené, je me suis retrouvé pris dans une position intenable émotivement. Il faut dire que je répondais personnellement à tous les e-mails que nous recevions, près de 150 par jour. 

Je ne sais pas si vous avez une idée de ce que ça peut être, de vous lever le matin, chaque matin, pendant des mois, et de voir des messages de ce type…

 « Je vais t’enculé sale con »

« Je connait ton adresse, je vien te pété la gueule »

Ou encore le sempiternel:

« M’a te tuer! »

(textes reproduits tels quels d’où les fautes)

C’est pour le moins… décrissant. J’en était venu à me dire (ces messages représentaient 1 message sur 150). « Mais c’est pas vrai je ne fait pas tout ça pour cette bande de trou de cul ».

Il fallait que je trouve une solution et vite.

J’en ai trouvé 2:

La première: « Vends et sauves-toi avec la caisse. » Cette idée je l’ai remâché 2 semaines.

La deuxième: « Arrête de faire ce qui te ronge le plus de temps et qui te brûles la vaste majorité de ton énergie au moment où tu es le plus productif ».  

Oui mais comment?

Et là j’ai eu un éclair de génie! Embauche!

Youhou! Libération! Plus de e-mails auquels je dois répondre,  plus de temps pour moi. Le saint Graal de l’entrepreneur.

Naïf, naïf, naïf…

…Et c’est à ce moment que les vrais problèmes ont commencés!

Non sans blague! Tout ceux qui sont passé par l’embauche d’un premier employé savent de quoi je parles.

Vous savez un employé au début c’est un peu comme un enfant, il faut l’éduquer, le former, le gronder quand il fait des mauvais coups, le féliciter quand il en fait des bons, le nourrir (lui verser son salaire) et vous ne savez jamais exactement quand faire quoi, sauf pour le salaire, ça les messages sont clairs :). Bref, il n’y a pas de mode d’emploi.

Et avant qu’il ne puisse vous épargner du temps, il vous en bouffe!

Mais toujours est-il que c’est la deuxième meilleure décision que j’ai prise de ma vie d’entrepreneur. Maintenant chez E-Genèse et l’ensemble de nos entreprises nous sommes 9. Ça tourne rondement et les choses avancent, des fois sans même que je le sache.

Ça me permet de faire ce que je fais de mieux, de vous offrir des stratégie et des outils que personne d’autre ne vous offre et de compléter toutes les petites défauts que j’ai.

Vous faites ce que vous voulez de ce post. Mais si vous avez un minimum d’ambition dans ce business, ou tout autre, donnez-vous cette expérience le plus rapidement possible. Si les choses fonctionnent bien pour vous, vous en aurez tôt ou tard besoin de toute façon. Le nez dans le mur c’est vraiment pas le meilleur moment d’apprendre tout ce que ça implique.

Et croyez-moi le implications financières sont les plus faciles à gérer. Celles-là vous les connaissez d’avance.

Amicalement et Généreusement,

Didier Bonneville-Roussy

P.S.: Si vous vous demandez quel est mon meilleur coup d’entrepreneur. Il est facile à deviner pour toute personne qui me connaît personnellement…

C’est d’avoir convaincu Lionel Palazzi de se lancer dans cette aventure avec moi. Merci Yo.  

1 comment for “Mon deuxième meilleur coup en marketing internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *